Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contact

  • : Le blog de Isabelle OHMANN
  • : Articles sur l'histoire, la philosophie, l'art de différentes civilisations
  • Contact

Présentation

Isabelle Ohmann vous présente ce blog culturel pour partager avec vous le fruit de ses recherches.
Elle anime depuis 25 ans des activités culturelles, conférences, stages et séminaires sur des sujets ayant trait à l'histoire, la philosophie et l'art.
Elle intervient dans de nombreuses associations et apporte sa contribution à différentes publications.
Elle anime des voyages culturels vers différentes destinations (voir rubrique spécifique dans ce site).
Pour la contacter utilisez le formulaire "contact"

Recherche

Voyages culturels

Isabelle Ohmann accompagne différents voyages culturels :

Florence des Médicis du 20 au 24 février 2010

Pérou, sur les traces des Incas du 2 au 13 avril 2010

Prague, ville magique du 23 au 27 octobre 2010

Pour plus dinformations, consultez les pages de ce blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 22:04

Les sens nous gouvernent-ils ? Nul doute si l’on s’en tient à la tendance toujours plus sensationnalistes des images et des objets qui nous sont proposés. Mais toutes les traditions ont enseigné une modération des sens. En Orient, l’hindouisme nous apprend à les remettre à leur juste place et à s’en rendre maître.

 

Nos cinq sens (ouïe, toucher, vue, goût, odorat) sont des portes ouvertes sur le monde extérieur. Mais Platon parle déjà de l’illusion des sens. Car les sens nous trompent. L’exemple du bâton dans l’eau le prouve. Lorsqu’on plonge un bâton dans l’eau, nous percevons son image comme brisée : la partie demeurée à l’extérieur de l’eau forme un angle avec celle immergée. Mais ce n’est qu’une illusion d’optique que l’on constate en retirant le bâton de l’eau.

 

Nous ne pouvons donc pas baser notre connaissance du monde sur les sens. Il nous faut mettre en jeu le mental pour trier et classer les sensations qu’ils nous procurent. Car comme le dit le philosophe hellénistique Plotin, «la sensation est notre messager, l’intelligence est notre roi.» Considérés comme les grands coupables de la civilisation judéo-chrétienne, les sens ne sont en fin de compte que de simple capteurs. C’est de leur maîtrise par le mental que dépendra notre progression spirituelle.

 

La sensation peut l’emporter sur la raison

 

La sensation, cette impression psychologique qui naît de la stimulation des sens, peut sortir de son cadre et s’imposer à nous. Elle devient alors pulsion irrésistible ou obsession. Commence alors un parcours effréné pour satisfaire ce besoin ressenti comme une nécessité. Pourquoi tant de gens se précipitent-ils pour voir des films d’horreur, si ce n’est par recherche de sensations fortes ? Et qui ne s’est jamais étonné de voir un médecin fumer ? Du fait de sa nature instinctive, la sensation l’emporte souvent sur la raison.

 

Bien plus, aujourd’hui, la plupart d’entre nous souffrons de surcharge sensorielle, résultat d’un bombardement constant de la part de notre société de consommation qui s’évertue à éveiller nos sens pour attirer notre attention et nous séduire. Nous sommes sans arrêt soumis à des agressions visuelles, des sons stridents, des couleurs tonitruantes ou des situations dramatiques.

 

Comment apprendre à mettre les sensations à leur place ? Car si nous ne les disciplinons pas, elle nous domineront par leurs exigences incessantes. Devenus les otages des sens, nous perdrons pied dans la quête intérieure.

 

Maîtriser ses impressions sensorielles

 

Le contrôle des sens est une étape indispensable du parcours de celui qui veut conduire son esprit vers les plus hauts sommets. La première vertu à développer est bien entendu la modération, prônée par toutes les voies traditionnelles en Orient comme en Occident. Parmi les péchés capitaux des sens, il y en a de plus difficiles à vaincre que d’autres. Ainsi le goût et le toucher qui ne sont satisfaits que par un contact intime, exercent-ils une pression plus forte que la vue, l’ouie ou l’odorat qui maintiennent une certaine distance avec l’objet. C’est pourquoi l’abstinence et le jeûne se retrouvent-ils au départ de toutes les voies spirituelles.

 

Il nous est impossible d’exercer un quelconque contrôle de notre mental si nous ne maîtrisons pas nos impressions sensorielles. En détachant notre conscience des impressions négatives, nous renforçons l’immunité de notre mental et le libérons pour vivre des expériences intérieures plus profondes. Nous devons donc apprendre à nourrir nos sens pour provoquer des impressions mentales adéquates. La plupart d’entre nous faisons attention aux aliments que nous absorbons et aux personnes que nous fréquentons. Mais nous ne sommes pas aussi regardants au sujet des impressions avec lesquelles nous alimentons nos sens. Nous acceptons, par l’intermédiaire de la télévision par exemple, des personnes et des situations que nous ne tolèrerions pas dans notre vie. Pensons-nous qu’elles n’ont pas d’effet sur nous ? Nous devons en prendre conscience. Les sensations violentes, par exemple, émoussent le mental et poussent à agir brutalement.

 

Le retrait des sens

 

Selon l’Ayurvéda (1), la médecine traditionnelle hindoue, les impressions sensorielles sont les principaux aliments de l’esprit. La voie du yoga offre de nombreux outils pour les gérer correctement.

Une des façons de contrôler nos impressions est de les effacer complètement, de faire un jeûne en quelque sorte. On peut s’asseoir les yeux fermés et se retirer en soi-même. Ce retrait des sens est comparé, en Inde, à une tortue qui rentre ses membres sous sa carapace. Profiter des vacances pour faire un jeûne médiatique peut s’avérer très bénéfique.


Nous pouvons également essayer de contrôler nos sens sans les fermer mais en retirant notre attention de leur objet. En gardant les yeux ouverts, nous dirigeons notre attention vers l’intérieur ; de la même manière nous ramenons mentalement un à un tous les organes de nos sens vers l’intérieur.

Une autre façon pour purifier l’esprit et contrôler les sens est de se concentrer sur une source d’impression uniforme : un ciel ou une mer bleue. Comme notre corps peut se ressourcer dans les monodiètes (où l’on ne consomme qu’un seul aliment) notre mental peut nécessiter l’absorption d’impressions simples et homogènes pour faciliter sa digestion.


Une autre manière de contrôler les sens est de créer des impressions positives. Contempler des objets naturels, comme les arbres, les montagnes, les fleurs ou visiter des lieux chargés d’impressions positives comme les temples, les lieux de pèlerinage. L’écoute de musique douce, la contemplation d’œuvres d’art, l’usage de parfums de bonne qualité aident à raffiner les sensations.


Une autre technique de retrait sensoriel consiste à se concentrer sur les impressions intérieures en retirant notre attention des impressions extérieures. La concentration sur sa respiration est la méthode la plus simple et la plus efficace. Une autre méthode est la visualisation. La plupart des techniques de méditation emploient la visualisation comme outil pour entrer en soi-même et s’abstraire du monde extérieur.

Mais ces méthodes sont simplement préparatoires. Car les yogis nous rappellent que le mental est le sixième de nos sens et qu’il convient de le maîtriser également. Car lorsque le mental est contrôlé, les sens le sont aussi automatiquement. Mais ceci est une autre histoire.

 

 

 

(1) lire à ce sujet l’ouvrage de David Frawley, Yoga et Ayurvéda, autoguérison et autoréalisation de soi, aux éditions Turiya.

 



Vous pouvez librement citer ou copier cet article en mentionnant :
article rédigé par Isabelle Ohmann - isabelle.ohmann.over-blog.com
Partager cet article
Repost0

commentaires